La fois où ça m'a fait l'effet d'une bombe

Publié le par Rufus (qui fait suivre)

Ils nous ont dit ça sur le télésiège. Je sais pas pourquoi. Parce qu’on y était tous les quatre, sûrement, à 20m du sol, dans le grand blanc, isolés. Juste tous les quatre, comme on aime tant se retrouver. Aimait. J’arrive pas à m’y faire, qu’il va falloir employer l’imparfait, maintenant.
Ils nous ont appris ça sur le télésiège, et c’est Fred qui a amorcé la bombe par un « Julie et moi on a un truc à vous dire ».

Nous, de suite :
« vous allez avoir un bébé ! »
« vous vous mariez ! »
« vous adoptez ! »

Nous, pauvres cons, à côté de la plaque.

Julie regardait le sol, 20m plus bas. Fred regardait mon homme, bouche plissée, mode "on se comprend". Mais mon homme, tout comme moi, il comprenait pas.

Alors Fred a lâché sa petite phrase, sa grosse bombe. Celle qui commence par « Avec Julie, on a bien réfléchit, on a décidé de... ». BABOUM.

Il parait qu’après la déflagration d’une explosion, pendant plusieurs secondes, c’est le silence absolu.
Là, pareil.
Juste le "tchouik-tchouik" des poulies du télésiège.
La surprise nous chope à la gorge. On aurait jamais cru. On a rien vu venir.
On est pétrifié.

Moi, je joue la morte ensevelie sous les gravats. J’attends les secours. Mon homme, plus costaud, plus courageux, ose tenter le déblayage, entre mecs :
« Mais euh... Vous avez décidé ça quand ? ».
Alors Fred nous a expliqué. Qu’ils y pensaient depuis un moment, plusieurs mois, même. Qu’ils avaient envisagé tous les scénarios possibles, et même, consulté des spécialistes. Et puis ils ont pris leur décision, parce qu’il fallait bien en prendre une.
Pour l’appartement qu’ils venaient d’acheter ensemble, c’est pas grave, ils vont le vendre. Les deux familles sont déjà au courant, depuis 3 jours. Julie se soucie surtout de la garde du chat. Fred, de son côté, en est déjà au stade des visites. Mais il ne trouve pas facilement. « Trop petit, trop vieillot, pas assez équipé, trop délabré ».

Julie regarde toujours le grand blanc défiler sous ses pieds. Sans parler. Un petit truc nous dit que c’est moins sa décision que celle de Fred. Que elle, peut-être, elle n’aurait pas choisi... Que elle, peut-être, ça lui fait peur.
Mais Fred, lui, il continue à nous parler de reprendre sa liberté, de larguer les amarres. Des fois, les garçons manquent de tact, un peu...

« Mais ça change rien entre nous quatre hein », nous précise Fred. « Et pour votre mariage aussi, vous inquiétez pas, on sera là, tous les deux, on est vos témoins, on ne raterait ça sous aucun prétexte ». Il nous sourit. Nous, on sourit aussi, parce que ce sont nos amis, mais quand même, la boule dans la gorge, là, elle doit nous tordre un peu la bouche.

Et là ça y est, dans ce sourire mi-figue mi-décomposition, on prend toute la mesure de l’avenir : fini, nos sorties à quatre, les restos cosy, les dimanches soirs devant la wii, les bivouacs dans le Tarn, les expéditions champignons. Fini, les "Julie et moi discutant huiles essentielles" pendant qu’à côté, c’était "Fred et lui polémiquant programmation".
Enfin, pas fini, mais sans eux. Autrement dit, fini.
Un couple aussi fusionnel, aussi attachant. Comment on va faire, nous ?

Et pourquoi, dans des moments comme ça, on pense à nous, d’abord ? Mon homme me jette un regard en douce. Dans ses yeux je lis la même honte de la même pensée égoïste. On aurait tellement voulu leur dire qu’on les aime, tous les deux... Et là paf, on a l’impression d’avoir laissé filer l’occasion. Trop tard. C’est déjà de l’histoire ancienne.

On lève le nez. On est presque arrivé en haut de la piste.

Alors on se ressaisit. Je lève le garde-fou et je balance : « Bon alors ce soir, je vais chercher du champagne à l’épicerie… Ca se fête, un tour du monde à la voile ! »
Mistral - Marie Desbons

Illustration : Mistral par Marie DESBONS

Publié dans La fois où...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chanil 11/04/2008 12:06

hé bé, quel talent de narration !

celà y est, je suis accro !

KRiSS 23/02/2008 18:13

C'est drôle moi javais deviné la chute
Le départ, moi j'ai vécu ça ..deux fois

En partant pr Montréal, et en partant de là bas pour revenir à Paris.

Mais rassurez-vous, ils reviendront
Avec de nouvelles histoires et d'aventures à partager avec vous! ;)

Boo 26/02/2008 02:03

Oh mais c'est d'la triche, les intoxiqués du globe-trottering avaient pas le droit de jouer ;)(Dur de raconter une histoire qui te fait croire un truc et finalement pas, sans se contredire, tout en ne laissant pas trop apparaître la chute... ;))

Sith 13/02/2008 19:32

ouais c vrai qu'on marche souvent par couple d'amis ou amis en couple... quand c'est fini, la dynamique n'est plus du tout la même... fini l'équilibre H-H et FF, ou H-F et F-H... j'aimerais bien savoir comment ça va se passer dans quelques mois ;)

sodebelle 08/02/2008 17:11

Tu aimes bien nous faire tomber de haut et nous mener en bateau, hein oui ! ;-)

Boo 13/02/2008 09:25

Oui j'adore :)Le problème, c'est que quand j'ai pas de chutes, je veux plus écrire...

Petite Fée 08/02/2008 15:38

Je m'en doutais que la fin ne serait pas celle que je pensais!! bien joliment raconté, on se laisse prendre au jeu!
Ti as vraiment le don pour nous mener par le bout du nez! sacré toi

Boo 13/02/2008 09:25

Merci du compliment, c'est clairement le but :)