La fois où... j'ai failli mourir

Publié le par Boo

Ces deux derniers jours, j’ai rien mangé que des pâtounes alphabet au kiri.
Bah oui, pour ceux qui commencent un peu à me connaître, ça veut bien dire ça : ces deux derniers jours, j’étais malade.

Mais alors, malade malade hein. Pas juste le ptit rhume, pas juste enchifrenée ou barbouillée, non. La grippe, la vraie. Celle qui me fait marmotter « je vais mouriiiir » avant de me retrancher dans un coma profond, avec juste une paupière qui s’entrouvre de temps en temps pour voir si mon chéri, à mon chevet, pleure déjà comme un futur veuf éploré ou joue à la wii (la seconde option étant très risquée pour lui).

Une grippe, une vraie. Avec les amygdales qui se transforment en ballons de foot. Les os dedans les bras qui grincent comme du verre pilé. Les muscles des jambes qui comprennent pas pourquoi ils ne se souviennent pas de ce marathon qui les a laissé si courbaturés. L’œil brulant, qui pleure tout ce qu’il peut dès qu’il reste ouvert plus de 5 minutes. L’envie de rien, pas la force de regarder la télé, encore moins de tenir un livre à bout de bras (surtout quand le livre en question est le dernier Harry Potter et ses quelques 700 pages et 3 kilos). Même le paquet de clopes sur le bureau me rebute (dans le doute, mes amygdales ont déjà posé un préavis de grève).
Et puis surtout, y’a la fièvre.

A se demander pourquoi on paie si cher pour se bourrer la gueule ou s’envoyer en l’air à coup de cachetons-buvards pas nets. Laissez tomber l’alcool, laissez tomber la drogue. Essayez la grippe. Trip garanti, délirium assuré, avec la grippe tu seras pas déçu du voyage.

Deux jours dans la brume, à osciller entre conscience et inconscience, rêves, cauchemars et bribes de réalités. Grandiose. J’ai chaud, j’ai froid, je comprends rien, j’ai pas faim (bon ok mais juste des pâtounes alphabet alors… Et oublie pas le kiri !).

Juste assez de conscience pour me dire que j’aimerais bien que mon chéri soit aussi attentionné même quand tout va bien. Et aussi disponible…

« Un peu plus bas l’oreiller s’il te plait. » - « Tu pourrais m’amener une autre couverture ? » - « Je veux pas le chat sur le lit, il bouge trop. » - « Tu veux pas baisser la musique ? Ca résonne trop dans ma tête. » - « Donne moi le chat, il me tiendra chaud. » - « Tu seras triste si je meure ? Tu pourras tomber amoureux de quelqu’un d’autre après ? » - « A Noël j’aimerais bien avoir la board Custom de Burton. » - « Non laisse moi, tu vas craquer, je le sais que je suis chiante quand je suis malade. » - « Tu m’aimes quand je suis malade ? » - « Je vais mourir. » - « Tu trouves que je suis chiante ? »

Et un matin, on se réveille, et on sent… Que quelque chose est différent. On est glacé. Mais glacé sain. Y’a comme une fine pellicule de givre sur ma peau. Je m’étire. Je la sens se craqueler et retomber en petite poussière glacée dans le lit. Mon corps se réveille. Mes muscles respirent à nouveau. Les choses sont plus nettes. Ma peau se réchauffe doucement. Mais d'une vraie chaleur, saine, normale. La maladie, la vilaine, a filé sous la couette. Eparpillée sur le drap, elle grimace, me maudit sur 5 générations, jure vengeance, et s’évapore. J’ai gagné. Je suis bien. J’ai chaud.

Plus chaud du côté gauche que du droit, d’ailleurs.

Tiens ?

J’envoie ma main, fraîche et rose, tâtonner du côté de cette source de chaleur.

Je touche un front brulant.

« Je vais mouriiiiir » me fait l’homme de la maison dans un râle d’agonie.

Pfff les garçons quand ils sont malades ils ont toujours l’impression que c’est la fin du monde ! 

 

Publié dans La fois où...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vincent 03/01/2008 16:37

J'aime beaucoup comment tu écris. J'ai débarqué ici depuis le site de sof et je pense que je vais lire un certain nombre de posts :)

Bonne année !

Boo 05/01/2008 13:34

Merci et bonne ballade à toi. J'espère que tu t'y plairas :)

Riff 03/01/2008 01:23

allez au boulot feignasse! un nouveau post pour commencer 2008! ^^

Boo 03/01/2008 11:26

Ouais, ouais ouais crie pas comme ça j'ai encore le champagne qui cogne moi... :)Bon allez je m'extirpe de mon hibernation et je commence l'année sur de bonnes résolutions...

jupiter 22/12/2007 23:58

et ben vi, je vois que tu as eu une bonne place au marathon, alors que ma gripounette n'a fait que m'éfleurer.
Comme trip il y a mieux, et puis celui là tu ne l'avais provoqué, ni programmé
dans le délire de ma gripounette je n'ai pas eu la révélation des chiffres gagnants du loto
si ton délire était puissant , peut être que tu les as vu ! non ?
dommage
bon maintenant que tu n'est pas morte il va falloir penser à Noël et laisser tomber les pâtes et le kiri
pour sauter à pied joint dans la gastro, be oui cela peux e^tre aussi un cadeau de Noël arrivé avec les huitres par exemple

allez , zou, pas de fatalisme, regonfle tes amydales à la nicotine et ton foie au champagne

joyeux noël et plein de bonnes choses
jupi

Riff 21/12/2007 00:37

bon bin chuis content que tu sois pas morte, pasque j'aurais besoin de tes services... j'ai cru lire sur le forum que tu t'y connais en css v2? j'aimerais élargir une colonne d'article sur un blog, j'ai presque réussi, mais la colonne est occultée à droite, je comprend rien... si tu as une solution, voilà l 'adresse du bidule : http://blogdesvoisins.over-blog.com/
merci d'avance, et pis joyeuses fêtes quand meme !

Boo 21/12/2007 01:21

Je viens de regarder, je t'envoie un email demain (si je trouve une adresse mail sur ton blog, sinon ça fera un super commentaire illisible ;))

arpenteur 20/12/2007 21:21

J'aime bcp...
Ta description de la maladie, tes questions de filles, et la façon dont tu la repousses sous la couette.
Mais finalement alors? il est mort?

Boo 21/12/2007 01:23

Il a pas encore décidé... Je crois que ça dépend du nombres d'heure qu'il supportera de passer dans le canapé avec le chat Saucisse en écharpe ;) A mon avis, d'ici un jour ou deux il sera rétabli (Saucisse a pas mal de puces, en ce moment ;))