Je ne suis pas superstitieuse, mais...

Publié le par Boo

  • Faudrait être con pour se balader sous une échelle.
  • Souvent, j'ai un doute et je retourne vérifier 2 fois que j’ai bien fermé la porte d’entrée. A ce stade, vous serez d'accord, on n'en est plus à une fois près, alors... juste pour être sûre...
  • Je me moque complètement qu’on soit 13 à table... Sauf si c’est moi qui doit cuisiner pour tout ce beau monde. Auquel cas j’essaie de dissuader 2 ou 3 personnes en annonçant le menu (tripes à la mode de Caen, tête de veau, carpaccio de thon... Hop c’est bon, on n’est plus que 10 !)
  • Voir un pain posé à l’envers sur la table m’insupporte au plus haut point... parce que même si elle n’est plus là pour me le dire, j’entends la petite voix de ma grand-mère me susurrer : « c’est comme ça que tu le gagnes ?! » *
  • J’évite de marcher sur les lignes entre les briques du trottoir. On ne sait jamais... Et puis bon, si j’arrive à ne jamais poser la chaussure dessus, il peut m’arriver un truc super chouette. Comme recevoir un coup de fil d’un directeur de publication. Ou voir une assiette de spaghettis caccio e pepe me tomber du ciel. Ou rentrer à la maison et m’apercevoir que mon chéri a fait les soldes et s’est acheté le coin du cerveau dédié aux dates d’anniversaire. Ca vaut le coup d’essayer, et tant pis pour la démarche d’ivrogne.
  • Quand je dis « moi heureusement, je n’ai jamais eu... » (au choix : "les oreillons", "des caries", "besoin d'une psychanalyse", "un chat voleur", etc...), je me touche immédiatement le front. Juste au cas où... Parce que je ne tiens vraiment pas à devoir surveiller Saucisse quand un steack décongèle dans la cuisine.
  • Depuis que je suis grande (depuis 2 mois, en fait), tous les dimanches, chez moi je fais comme ma maman faisait : le poulet rôti du dimanche soir. Et comme ça serait trop bête de se priver d’une bonne chose, mon chéri et moi nous disputons l’os de vœux. Après, on a les mains toutes crades de gras de poulet, mais n’empêche, celui qui a emporté le plus gros bout de l’os est vachement content, et ne se fait pas prier pour faire son vœu.
  • Idem avec les étoiles filantes (les mains poisseuses en moins. Du coup c'est plus glamour.)
  • Quand je me balade dans un champ et qu’il y a des trèfles, je perds toujours  5 ou 6 minutes à traquer le mutant à 4 feuilles. Je ne l’ai jamais trouvé, mais j’ai bon espoir, qu’un jour...
  • Je ne joue jamais au loto ou au millionaire... sauf, des fois, les vendredis 13. Mais c’est juste parce que la cagnotte me permettrait de me construire une villa de star en coquillettes, avec jacuzi au champagne et fontaine de chocolat dans le hall d’entrée en marbre.
  • Etre superstitieux, finalement, ça revient juste à faire écho à Jean-Claude Dus et déclarer : « On sait jamais, sur un malentendu, ça peut marcher ! »


* L’histoire du pain à l’envers est une anecdote qui me passionne. Traditionnellement, ça ne se fait pas. Oui, d’accord, mais encore ?
En fait, la raison la plus probable serait qu’il y a fort fort longtemps, au temps où l’on coupait encore la tête aux voleurs de pommes, il existait un métier maudit entre tous : celui du bourreau.
Ce bourreau était un fonctionnaire. Bien pépère, il faisait ses 35h de coupe et rentrait chez lui au volant de sa Renault, sûr d’avoir toujours son bon job le lendemain. Job qui lui rapportait d’ailleurs un bon salaire, et un avantage en nature : une miche de pain par jour. C’était la prime gouvernementale de l’époque.
Or, le gouvernement de l’époque, comme l’actuel d'ailleurs (comme quoi il y a des choses qui n'évoluent guère...), n’aimait pas bien se retrouver avec le syndicat des travailleurs sur le dos pour une histoire de salaire non perçu. Il était donc essentiel que monsieur le bourreau, après son office du midi, reçoive bel et bien sa baguette. Le boulanger devait donc penser à lui réserver : pour ne pas la vendre par mégarde à quelqu’un d’autre, il la retournait. Personne alors n’aurait songé à réclamer la dernière baguette restante : mon dieu, pensez-donc ! C’est le pain du bourreau !
Cela dit, j’ai remarqué que lorsqu’on posait le pain à l’envers sur une table, il se trouvait toujours quelqu’un pour le remettre à l’endroit... et s’en tailler une bonne tranche.
Les gens ne respectent plus rien, de nos jours, c’est honteux.

Commenter cet article

kerbelli 20/01/2009 08:34

C'est clair que quand j'ai réalisé pour le chat noir et le vendredi 13, je me suis dit oups... Et mon chéri m'a dit qu'on ne garderait pas le chat si ça continuait, mais bon, il porte pas malheur mon chat, on l'a toujours :)
Sinon, gros dégats sur le camion et la maison, mais pas sur mon chéri, qui a quand-même dû rentrer au dépôt sans frein...

Boo 20/01/2009 15:37


Sans frein, chaud avec un poids lourd !
Bon si y'a pas eut de bobos humains, y'a pas de quoi bruler un chat alors : )


mellesam 18/01/2009 20:37

Moi je ne peux pas avoir un téléphone ou une télécommande dans les mains... sinon je dois toucher les touches de 1 à 100... et des fois à 100 j'ai du mal à m'arreter... tu trouves ça bizarre ? Un article dessus tu crois ?

Boo 20/01/2009 15:29


Oh oui, je crois que ça s'impose là... :)
Mon dieu mais ça doit te prendre vachement de temps ce truc non ?
Et tu touches ou juste tu appuies ? Non parce que si tu appuies ça doit être un tout petit peu chiant pour la personne qui regarde la télé avec toi quand même...


andralya 15/01/2009 14:18

oh c'est juste merveilleux un poulet funme tu le cuit comme un poulet normal (c'est a dire en l'arrosant tous els quart d'heure) tu le touve a coté des poulet en grande surface!!

bisous

Boo 20/01/2009 15:18


Ok !
Donc c'est un poulet cru, comme le normal, mais qui a été fumé avant...
Je ne connaissais pas du tout, je regarderais si je trouve ça à Carrouf la prochaine fois que je fais des courses, j'ai vraiment envie de gouter. Merci d'être revenue me confier ta recette :p


kerbelli 15/01/2009 09:17

C'est la première fois que je poste un commentaire, mais ça fait quelques temps que j'adore ton blog :)

Moi non plus je ne suis pas superstitieuse (mais pas du tout, hein, je passe joyeusement sous les échelles, je fais absolument pas gaffe au sens du pain). Par contre, les corbeaux, c'est de mauvais augure, si si, mais ça c'est pas de la superstition, puisque c'est vrai ;)
Celà dit, j'ai aussi un chat, mais noir. Et quand je me suis installée chez mon chéri, j'ai emmené mon chat noir. Un vendredi 13. Et mon chéri est chauffeur poids lourd. Et le vendredi 13 où j'ai emmené mon chat noir chez lui, son camion s'est couché sur le côté, en bousillant une maison en construction.
Je ne suis pas superstitieuse.... Mais je me pose des questions tout de même...

Boo 16/01/2009 17:24


Tu sais que ça me fait trop flipper moi ce genre de coïncidence ?
Non je suis vraiment pas superstitieuse, mais dès qu'on vient me parler d'évènements en série, de coïncidences, ou tout autres choses dans ce style, ça me fait des suées froides...
Pas trop de mal dans l'accident quand même pour ton chéri ???


Mlle Figolu 14/01/2009 16:34

Ah moi, le trèfle à 4 feuilles, le mutant vi, vi ! En Italie même que je l'ai trouvé ...Il trône depuis des années dans mon portefeuille :)

Pour le reste, le pain je ne suis pas fan non plus ...mais je ne sais même pas pourquoi ...

Boo 15/01/2009 12:28


Peut-être parce que c'est aussi saugrenu que de mettre l'assiette à l'envers, tout simpement :)
comme quoi, on adore trouver des raisons hyper alambiquées quand c'est trop simple :p