La fois où j'ai grandi d'un coup...

Publié le par Boo

La semaine dernière, j’ai fêté mon anniversaire en famille.
Mais attention, chez moi c’est big famille : papa, maman, trois frangines, une grand-mère, trois tantines, trois tontons, et une tripotée de cousins-cousines.
Tout ce beau monde habitant presque ensemble (entendez : les maisons voisines les unes des autres)(non parce que tout ça dans la même maison, on est d’accord, ça frise la pathologie congénitale), on se retrouve fréquemment tous autour de la même table.
Donc, vendredi dernier, il y avait juste 19 personnes (de 83 à 1 an), un verre de beaujolais à la main, à me regarder déballer frénétiquement mes cadeaux.

C’est chouette les familles nombreuses, ça implique des cadeaux nombreux.

Je ne vous ferai pas la liste de tout ce que j’ai reçu, on est d’accord, vous vous en cognez la coquillette.

Il y a bien pourtant un cadeau qui mérite qu’on parle de lui.

Imaginez la scène...
Assise au milieu du salon, entourée de papiers cadeaux déchirés, j’attrape un petit paquet vaguement rectangulaire, mais fort prometteur : fine limière, j’ai en effet reconnu le papier cadeau de ma maison, qui identifie donc le paquet comme étant celui de mon chéri. Or, c’est toujours les cadeaux de mon chéri qui sont les plusse mieux. C’est pas pour rien que je l’ai marié, hé !
Je lui adresse donc un petit regard complice et commence lentement à déchirer le papier.

Je vous rappelle qu’en cet instant, tout le monde me regarde : mamie, petits cousins pré-ados... Même la toute nouvelle nièce darde sur moi ces grands yeux ronds de bébé...

Un petit bout d’un emballage plastique rigide commence à se dévoiler.Chic chic chic, qu’est ce que c’est ? Je lance un dernier coup d’œil à mon chéri (oui j’aime faire durer le plaisir), et là, je le sens fébrile. Il faut dire qu'étant d'un tempérament mal-assuré, il est toujours un peu flippé de tomber à côté de la plaque, de la taille, de la couleur, bref, que ça ne me plaise pas. A tort : au final, ça me plait toujours (enfin sauf la fois où il m’a offert cet affreux pull vert... et ce sautoir en grosses perlouzes roses... et ce parfum kipue parce qu’il avait confondu Cacharel et Calvin Klein...).

Bref, je continue mon déballage.
Et puis le voilà ti pas qu’il se lève d'un bond, s’approche de moi, et l’air de rien, me glisse à l’oreille :
« euh Boo... »

« Bon oh ! Tu nous le déballes ton cadeau, oui ou non ! » me lance mon cousin mort-de-faim. « On a la dalle nous ! »

Ok ok, le public réclame sa pastachoute (mon menu d'anniversaire immuable depuis que je suis en âge de mâcher des pâtes) : d’un dernier coup de griffe, j’arrache le reste du papier.

Stupeur et tremblements.

Déjà j’entends mes trois sœurs (ces grognasses) qui pouffent, voire glapissent (la plus jeune glapit, on ne lui a jamais appris à rire).
Mes tantes poussent des  « ooooh » faussement offusqués (ces faux-culs), et mes ados de cousins, désireux de participer à l’hilarité générale, ont déjà le sourire à la bouche mais ne comprennent pas bien pourquoi : « Hey mais c’est quoi ? T’a pas passé l’âge des peluches, cousine ? »

Ma grand-mère, qui est myope et, précisons-le, née en 1925 : « Oh moi je trouve ça très mignon que ma petite-fille ait su garder son âme d’enfant ! »
Ma mère : « Ben ma chérie... Là on eut dire que maintenant, t’es vraiment une femme ! »
Mon père : « ... »
Et mon chéri – à l’oreille : « je suis désolé je suis désolé je suis désolé je me suis trompé de paquet celui-là je comptais te l’offrir ce soir quand on serait tout seul pardon pardon pardon... »
Oui hein...

Ca la fout mal, de déballer ça en famille.
Pour me consoler, je me dis que ça aurait pu être pire : mon chéri aurait pu opter pour le rabbit...

Mais soft or not soft, sûr qu’on va m’en parler pendant un bon bout de temps, de ce cadeau.

Depuis L'Evènement, j’ai déjà reçu 3 sms me demandant, en substance, si Coin-coin va bien ou si je ne vide pas trop le cumulus d’eau chaude ? (oui on est subtil dans la famille).
Mon père ne regarde plus son gendre du même œil, mes cousins m’appellent Clara Boorgane, mais ma grand-mère, d’un accord tacite et commun, a été tenu dans l’ignorance de l’utilité de la chose.

Par contre, y’en a une qui a grave kiffé : c’est ma petite nièce d’un an.
Surtout quand elle a découvert que l’engin vibrait, en plus.
Je crois que ma sœur ne me le pardonnera jamais...Hier, sa fille a dit son premier mot : coin coin.

Publié dans La fois où...

Commenter cet article

ennA 08/12/2008 15:19

@ Boo: oui offert par ses cousins âgés d'une vingtaine d'années.

Boo 09/12/2008 18:50


Les sagouins !
C'est très joueurs, les cousins, je remarque...


noute 06/12/2008 18:01

C'est excellent!!! J'ai commandé le même mais en noir, et c'est mon fils qui a adoré (façon de parler hein!!) N'empêche que je n'aurais pas voulu être à ta place!!!

Boo 08/12/2008 10:31


Les enfants ça fait pas du bien aux sextoys : ma nièce m'a pelé toutes les plumes autour du cou !
Snif...


Poucecaillou 06/12/2008 16:34

Tu connais le site Vie de Merde ? C'est un billet que tu aurais pu écrire là-bas.

Boo 08/12/2008 10:31


Oui je connais :)
C'est vrai que je pourrai condenser ça en une ligne et leur proposer... je vais voir, merci pour l'idée :)


Marine 06/12/2008 12:26

J'adore !! Mais j'suis bien contente de ne pas être à ta place hein !

Boo 08/12/2008 10:35


Merci.
En effet.
C'est très... inconfortable :p


sounie 06/12/2008 00:24

mdr !!!! ça sera un anniversaire inoubliable, ça !

Boo 08/12/2008 10:36


Disons que j'aimerais bien l'oublier... malheureusement, ma chère famille n'a pas l'air de l'entendre de cette oreille :p