Sous les pavés, les paillettes

Publié le par Boo

Une virée de quatre jours à Paris, à un mois de Noël : rien de tel pour vous mettre des étoiles plein les yeux
Paris, c’est merveilleux.
Pour quatre jours.
Mais, au-delà de ça, faut bien le dire, je pourrais pas.

Le grand avantage des provinciaux, c'est qu'après avoir admiré Paris, ils peuvent le quitter.


A Paris, j’ai kiffé :

  • Ce petit resto éthiopien* au large du quartier latin, qui ressemble d’avantage à un boui-boui mais qui sert une nourriture fabuleuse et épicée, que je ne connaissais pas du tout (le principe du repas éthiopien : on vous sert tous les mets dans un grand panier tressé disposé au centre de la table, et chacun y pioche avec les doigts, à l’aide d’une sorte de crêpe).
  • Notre virée nocturne dans les sexshops de Pigalle. Très... instructif.
  • Le musée d’Orsay. Et plus particulièrement** : La prière du soir dans le Sahara, Ugolin, Orphée, Peste à Rome, Le bain, La pie, Femme assise dans une baignoire, La charge, boulevard Montmartre à Paris, Ombres portées, et Le Grenouillard (un faux air de Gollum celui-là !)
  • Le lèche-vitrine nocturne sur les grands boulevards. Y’a pas à dire : de nuit c’est absolument féérique (un chouette article photo à venir prochainement).
  • Le nombre de kilomètres qu’on peut faire en une journée dans Paris : 23 pour la journée la plus active selon le podomètre de mon portable. Pas mal... Finalement, oui merci, je prendrai aussi un dessert.
  • Cette casquette de Gavroche chinée de nuit dans la rue Mouffetard...  mais qu’on peut aussi trouver à  n’importe quel coin de rue. C’est dire la rareté de l’objet. Mais m’en fous, je l’adore et je la quitte plus. En plus c’est trippant de se balader de nuit dans la rue Mouffetard : on ne fait que penser à la sorcière qui voulait manger de la petite fille à la tomate pour devenir belle. Ca rajoute du piment à l’affaire, vous ne trouvez pas ?
  • Les rats qui trottent la nuit sous le Pont Neuf. Avec un peu d’imagination, je leur aurais presque vu une toque de cuisinier (oui, j’ai beaucoup d’imagination, et oui, je kiffe les rats... Et d’ailleurs, puisqu’on en parle, les pigeons ne me font pas peur non plus. Hé Oui, je ne suis pas parisienne).
  • Descendre les escaliers de Montmartre à 1h du mat en courant sous la pluie.

Quelques découvertes m’ont cependant laissé de marbre, comme :
  • Les macarons Ladurée. J’ai fait comme ma cousine Lili me l’avait recommandé : j’ai fermé les yeux, ouvert la bouche, fendu la coque d’un coup de dent retenu et laissé mes papilles s’imprégner de la fabuleuse garniture framboisée. Par contre je n’ai pas eu besoin de retenir un cri d’orgasme... C’est bon... Mais... Et sinon, vous vendez des brioches aux raisins aussi ?
  • Montmartre, je le fantasmais sûrement. Les poètes maudits, les lilas, les peintres crève-la-faim qui troquent une toile contre une miche de pain... J’y ai surtout croisé des touristes, des entrecôtes à 25€ et des touristes. Et pendant tout ce temps, je pensais à Kiki de Montparnasse, parce qu’apparemment, je confonds Montparnasse et Montmartre...

En revanche, j’ai eu carrément le poil hérissé par :
  • La faune qu’on croise parfois dans les sexshops de Pigalle. Très... inquiétants.
  • Le prix d’un café parisien (2,90€ ! Presque 20 francs pour 8 cl de liquide ! Ca fait presque deux fois plus cher qu’une bouteille de champagne achetée au supermarché. Si si. J’ai fait le calcul, je m’en remets toujours pas).
  • Tous les cons qui m’ont éternué à la gueule dans le métro, postillonné dessus aux Galeries, éructé leur souffle vicié au détour d’une rue bondée, et qui ont bien réussi, finalement, à me filer leur crève... En plein week-end romantique ! Les sales pestiférés !
  • Le serveur du Harry’s New York Bar (piano-bar dans le quartier de l’Opéra) qui a renversé la moitié de notre Cosmopolitan (à 12€ le verre) sur notre table, n’en a essuyé que la moitié et est reparti sans un mot d’excuse. Et encore, on a eu de la chance : dix minutes plus tard, il renversait une pinte entière dans le dos d’un client.
  • Les « c’est juste énorme ». Non parce que, c’est juste horripilant d’entendre cette expression 20 fois par jour. Hey les amis, il serait temps d’en inventer une autre, d'expression hype.
  • Ce tableau ovni qu’on peut voir à Orsay, intitulé Le chevalier aux fleurs, et peint par monsieur Rochegrosse en 1894. On dirait presque que c’est une blague tellement c’est kitch. Un peu le gif animé du XIXème siècle.
Le Chevalier aux Fleurs - RochegrosseLe Chevalier aux Fleurs, de Georges Rochegrosse (1894)



* Resto Ethiopien Le Godjo
8, rue de l'école Polytechnique - Paris V
Métro : Maubert Mutualité
01.40.46.82.21

** Mes chouchoux d'Orsay :

La prière du soir dans le Sahara - GuillaumetLa prière du soir dans le Sahara, de Gustave Guillaumet (1863)


Ugolin - CarpeauxUgolin, de Jean-Baptiste Carpeaux (1863)


Orphée - MoreauOrphée, de Gustave Moreau (1865)


Peste à Rome - DelaunayPeste à Rome, de Elie Delaunay (1869)


Le Bain - StevensLe bain, de Alfred Stevens (vers 1867)


La Pie - MonetLa pie, de Claude Monet (vers 1868)


Femme assise dans une baignoire - DegasFemme assise dans une baignoire, de Edgar Degas (vers 1880)


La Charge - DevambezLa charge, boulevard Montmartre à Paris, de André Devambez (1902)


Ombres portées - FriantOmbres portées, de Emile Friant (1891)


Le Grenouillard - CarrièsLe Grenouillard, de Jean Carriès (1891)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nina 18/01/2009 14:56

ça fait du bien de voir Paris à travers un regard tout neuf de provincial! Aah Paris, j'habite en haut de la rue Mouff et c'est vrai que je ne pense même plus à la sorcière, à la rue Broca et aux Gobelins tellement je l'arpente quotidiennement. Mais c'est vrai que c'est une ville superbe et crevante où on vit à 200 à l'heure et je me dis qu'après mes études je serai bien contente de la quitter pour mieux l'apprécier de temps en temps. Bon, par contre les macarons..haha, je n'entrerai pas dans le sujet!

Boo 20/01/2009 15:27


Wahou, mais t'es super bien placée dis moi !
De tous les coins que j'ai visité à Paris, les environs de la rue Mouffetard c'est un de ceux qui m'ont eu l'air le plus sympas à habiter...
Mais bien sûr, tout ça c'est la vision d'une touriste qui n'y habite pas :)


Riff 26/11/2008 15:32

hé mais c'est dingue, "le grenouillard", c'est le portrait de Gollum!!! vraiment saisissant de ressemblance avec celui de Peter Jackson en tout cas... c'est à se demander si tolkien n'a pas vu cette scuplture pour s'en inspirer....

Boo 01/12/2008 18:53


Oui c'est le 1er truc que ça m'a évoqué en le voyant ! Et ca date de 1891 cette chose... On se demande à quoi le sculpteur pensait en le créant, d'ailleurs...


Addline 23/11/2008 21:54

Et le petit joueur de fifre... celui là "il est trop énorme" (hihi !) J'y vais bientôt aussi dans Paris, j'espère que j'saurais me poser aussi et profiter, plutôt que de faire mon week end aller-retour éclair !

Boo 25/11/2008 21:49



"le petit joueur de fifre" ???



Joséphine 21/11/2008 19:00

Huhu, la rue Mouffetard me fait toujours penser aux contes de la rue Broca, avec Bachir qui fait des lunettes à sa poupée, la sorcière cachée dans le placard ect...

Moi aussi j'ai envie d'un week-end à Paris, mais pour rien au monde je n'irais vivre là-bas!

Boo 22/11/2008 02:34



C'est vraiment la bonne période pour aller flaner à Paris en ce moment !


Remarque je dis ça mais j'y vais toujours à cette période, dur de dire si c'est mieux en été... mais j'ai comme un doute ;)


Et pour rien au monde je m'éloignerai de la mer en été.



Anne-Laure 21/11/2008 18:08

Ah ah ! Vivement l'article photo ! :p

Boo 22/11/2008 02:37



J'ai mis 2 jours à les trier/classer/améliorer, ces photos, tellement j'ai mitraillé... Tout ça pour en mettre 7 ou 8 en ligne d'ailleurs...


J'espère qu'elles vous plairont ;)