Beauté bio versus nez bionique

Publié le par Boo


Un jour, on m’a proposé de tester la nouvelle gamme de crèmes Yves Rocher, Culture Bio.
Moi, bien sûr, j’ai dit oui.

J’utilise déjà plusieurs produits Yves Rocher (des crèmes, surtout), je les aime bien, alors élargir le champ de mes connaissances cosmétique, why not ?

Et là, on me dit « en plus, c’est leur toute première gamme Bio ».
Ah bon ?
Mais euh attend, c’était pas déjà bio, les autres produits Yves Rocher ? Avec des noms comme Bio-Spécific, Inositol Végétal et autres Plaisirs Natures ? Avec un packaging résolument vert, une campagne marketing exclusivement axée sur les bienfaits de la nature, Yves qui se décarcasse, depuis toujours, à puiser au cœur des plantes, etc etc... On m’aurait menti, c’était pas déjà Bio, chez YvesRocher ?

Hé ben non, en fait.
Apparemment, faire du jus d’herbe et en injecter dans une crème pour peau sèche ne fait pas pour autant de ladite crème un produit bio.
Non, pour cela, il faudrait répondre à tout un tas d’autres exigences, soigneusement étudiées par l’Ecocert (Organisme de contrôle et de certification).

Seulement voilà : autant, y’a quelques années, la cliente lambda (au hasard = moi) se laissait facilement avoir par ce packaging et ces appellations aux senteurs de nature, autant aujourd’hui, la cliente moyenne (là pour le coup = pas moi) n’hésite pas à chausser ses lunettes Tchin-Tchin pour traquer la moindre trace de substance chimique éventuellement contenue dans le petit pot de crème. Et, fronçant son petit nez à la première trace de paraben, repose le pot de crème sur son présentoir, et s’en va voir ailleurs si l’herbe est plus verte.

Pour Yves, il était donc urgemment urgent de s’adapter au marché.
 
D’où cette toute nouvelle gamme : CultureBio, à la composition rigoureusement bio, aux emballages éco-conçu, et à la fabrication compensée carbone (dont les émissions de CO2 ont été réduit au maximum), et qui propose 7 soins visage.

J’en ai essayé 3 :


La Crème du Réveil, aux 11 extraits de plantes (thé vert, calendula, olivier, hamamélis, aloé vera, karité, menthe poivrée, lavande, orange douce, petit grain et noisette... oui, rien que ça). Comme son nom l’indique, donc, c’est la crème qu’on met le matin, quand on n’a encore qu’un seul œil ouvert sur les deux. Texture douce, plus fleurette que crémeuse, senteur originale (difficile de dire quelle odeur prédomine, moi je penche pour l’orange). Très agréable, efficace, et petit flacon pompe bien pratique.

La Crème du Coucher, aux 10 extraits de plantes (ce coup ci, je vous emmerde pas avec la liste... Y prédomine surtout la capucine, passiflore et camomille). Encore une bonne odeur d’orange, plus douce que la crème du réveil. Une texture un peu plus épaisse, mais toujours très agréable, et bien efficace sur mon petit minois desséché par un automne hivernal.

L’huile Précieuse du Soir, aux 5 huiles essentielles (lavande, orange, petit grain, jojoba et sésame... Oui, pour un peu, on serait tenté d’en mettre une goutte dans notre pain d’épice maison...). Une huile... Et qu'est ce qu'on en fait, de cette huile, si on n'aime pas le pain d'épice ?
J’ai lu chez d’autres bloggeuses, qui rechignaient à s’en mettre sur le visage, qu’elle était très efficace sur les pointes de cheveux abîmés : efficace, peut-être, mais esthétiquement, la pointe de cheveux huileuse, c’est beurk. Pas pour moi, cette option.
Yves Rocher la préconise aussi en massage, pure ou mélangée à un lait corporel. Je n’ai pas essayé. Chez moi les massages, ça dégénère illico, nous ne prenons donc plus vraiment le temps de préparer de savantes potions magiques.
Allez, arrêtons-donc de tourner autour du pot d'huile, et allons-y franco pour l'application faciale sans préliminaires.
C’est... surprenant.
On se dit qu’on va se retrouver avec la mine fraîche d’une responsable friteuse de MacDo, et puis pas : ça pénètre rapidement, et le lendemain matin, même pas de résidus, et une peau toute douce et bien nourrie. Une vraie merveille, j’ai adoré.

Et maintenant, en exclusivité, je vous livre MON utilisation personnelle qui transforme ce petit sérum en potion miraculeuse...
Rappelez-vous, lors de ma virée à Paris, j’ai chopé la crève. La vraie. Celle qui transforme votre nez en fontaine, vos yeux en ceux d’un lapin frappé de myxomatose, et vous impose de vous déplacer avec vos 2 tonnes de kleenex. Seulement voilà : j’avais pas de kleenex dans mon petit paquetage parisien. Et le temps que je trouve un monoprix ouvert, je m’étais déjà mouchée : 23 fois dans des serviettes en papier de brasserie, 34 fois dans le PQ de l’hôtel, 14 fois dans un essuie-main bon marché grappillé dans les toilettes d’un restaurant. Tout ça en moins d’une demi-journée.
Je ne vous fais pas un dessin, en moins de temps qu’il n’en faut pour refiler son virus à 10 personnes dans le métro, les ailettes-coquillettes de mon nez enchifrené s’étaient transformées en macaronis rougeauds et pelés. La sex-touch idéal pour un week-end romantique à Paris. Imaginez mon bonheur.
Alors, n'écoutant que mon courage, j’ai tenté le tout pour le tout : application d’huile précieuse sur toute la surface endommagée. Je m’attendais à ce que ça pique (c’est pas parce que c’est des plantes que c’est doux : essayer de vous frotter la joue avec un eortie, pour voir), à ce que ça gratte, à ce que mon nez desquame, violace et tombe.
Hé ben mes amis, je vous le donne en mille : pas un petit picotement.
Et le lendemain matin : un nez redevenu presque normal, moins de pelade, moins de rougeurs, et surtout bien moins douloureux à moucher. Après trois jours de ce traitement improvisé (dont je ne suis pas peu fière, je pense d'ailleurs poser un brevet), mon joli nez a retrouvé sa couleur et sa texture d'origine.

Cette huile, c'est une vraie potion régénérante que chaque demi-elfe partant occire le Dragon Noir (dommages incendiaires+1000) devrait avoir sur soi. Idem pour la fille du sud qui part 4 jours dans le grand nord et se mouche comme une brutasse.

Rien que pour ça, Yves, je t’aime. Et mes ailettes-coquillettes te disent merci.

Publié dans J'aime... ou pas

Commenter cet article

nadine 25/11/2008 09:21

j'ai bien aimé tes explications, vais peut-être tenté l'expérience, euh je répond à ton talking : je n'aime pas les coquillettes, c'est comme les petits pois... faut les manger à la cuillère...

Boo 26/11/2008 00:34


... et c'est ça qu'est bon !!!


mellesam 21/11/2008 12:22

Non non précédentes gammes ;) Mais ils ont fait le même genre de pub il y a quelques années pour le même genre de produits. Ya eu des enquêtes consommateurs et voilà.. ils ne le referont pas deux fois, mais sceptique une fois, sceptique toujours..

Boo 22/11/2008 02:29


Je me souviens d'une sombre histoire de produits pas testés sur des animaux, mais en fait si on cherchait bien, les composants des produits l'étaient, eux, testés. Cela dit, jamais su si c'était
vrai...


rimesoudeprime 20/11/2008 23:05

joli nez.

Boo 21/11/2008 12:11


Et encore, t'a pas vu le vrai au plus bas de sa forme... Une lépreuse.


Coko 20/11/2008 22:47

Je m'étais pourtant dit qu'il fallait que j'arrête de dépenser plus que nécessaire dans les cosmétiques. Arriverais-je à résister à la tentation de tester l'huile miraculeuse...On verra! Dommage que les produits Yves Rocher n'aient pas été si naturels qu'on nous les présentait. J'espère au moins que leur engagement contre la vivisection a été respecté!

Boo 21/11/2008 12:13



C'est vrai que pour les produits d'avant, la campagne marketing était sacrément borderline niveau honneteté.


Pour cette gamme là apparemment, c'est irréprochable...



christine LS 19/11/2008 21:01

joli petit brin de plume, ma petite dame! je te mets en lien sur mon blog et reviendrai quand j'aurai envie d'avoir une petite pause ou des nouvelles de Gurky (une recette, par exemple...)
Christine LS

Boo 21/11/2008 12:13



Une recette de sanglier aux pommes ? MMmm ça me donne faim ça :)


Au plaisir de te revoir alors Christine.