La fois où le fessier m'a trompé

Publié le par Boo

Fesse parfaite
Mon chéri a la fesse ferme et bien moulée.
C’est chouette.
Mais aussi, c’est un peu injuste, quand même.
Eut égard aux kilos de dragibus, nutella et rondelles de fouet qu’il s’envoie quotidiennement, et dans un élan de soutien moral envers sa chéri qui se cantonne à sa pauvre salade de carottes râpées, il pourrait quand même accuser un chouia de gras sur le postérieur.
Mais non. Il a la fesse ferme et bien moulée.

Bon, je vais pas me plaindre hein, ça a son côté positif.
C’est pas désagréable à matter, et surtout, c’est bien tentant à tâter.

D’ailleurs, niveau tatage, je ne me prive pas du tout.

C’est presque devenu une habitude, quand j’arrive derrière lui, de lui mettre la main aux fesses pour signaler ma présence. Voire un petit pincement là où c’est bien rebondi. Un petit geste que je fais sans plus y penser, comme ça, nature confiture. Qu’il y ait du monde ou qu’on soit seul, d’ailleurs.


Hier au soir, on fêtait les 20 ans de sa boîte. Petite soirée mi-potache mi-mondaine, jean's chemises, canapés et mimolette, champagne et coca.
Le temps d’aller chercher une coupe de champ’ et je rejoins mon chéri et son fessier magique au milieu d’un groupe d’informaticiens.
Hop la petite main aux fesses, discrètement mais sûrement.
Accompagné de son petit pincement, allez c’est fête ce soir.

Sauf que...
Ben oui, vous la sentiez venir celle-là, hein ?

Sauf que mon chéri, maintenant je le vois bien, est à 2m de là, de l’autre côté du cercle, et ouvre un œil rond comme la lune.
Exactement le même œil rond que le propriétaire du fessier malmené quand il se retourne vers moi.

Je le savais bien que ça me pendait au nez, cette boulette. A force d’attaquer de dos, on n’est pas à l’abri d’une méprise de postérieur.
Mais quitte à faire la boulette, faisons là bien. Jusqu’au bout. Pierre Richard Power !

Parce que je le reconnais, maintenant, cet homme à la fesse trompeuse.
C’est Gérard, le responsable DRH.
Je le sais parce que mon chéri me l’a présenté il y a 10 jours, en vue d’une éventuelle embauche, pour un poste qui se libèrera en septembre.
D’ailleurs il m’avait bien mise en garde, mon chéri : « il est sympa Gérard, mais méfie-toi, il a la réputation de draguer tout ce qui bouge. Ca met une bonne ambiance au boulot d’ailleurs, parce que sa femme travaille aussi ici. Enfin tu vois le tableau ».
Oui, je le vois très bien le tableau, là maintenant. Y’a comme un arrêt sur image d’ailleurs. Et tiens, sa femme, ça doit sûrement être cette grande greluche rousse qui a l’air d’hésiter entre la crise d’apoplexie et l’appel au lynchage ?
Oui ça doit sûrement être elle...

On n’est pas resté très tard, ce soir là, à la fête.
Moi les petites mondanités de boulot, c’est pas trop mon truc.
C’est parce que je suis une grande timide, voyez-vous...

Publié dans La fois où...

Commenter cet article

SABY 19/06/2008 06:27

Alors voila je m'absente quelques jours je reviens, j'allume le PC et là vlan j'explose de rire !!
merci pour ce fou rire matinal...
Tous mes voeux de bonheur aussi essaye de ne pas tâter la fesse de M'sieur le Maire hein quand même ...;-)
Bisous

eleonore 14/06/2008 07:47

Un bon petit week-end, sous un ciel un peu triste, mais nous avons du soleil sur les blogs, alors que du bonheur…Bonne journée à toi.

Petite Fée 13/06/2008 16:23

Ah non Boo, je t'avais déjà demandé de ne pas me faire ça! j'ai un stagiaire dans mon bureau et j'ai faillit pouffé de rire devant lui!!
Alors t'es embauché direct!! bien vu ;-)

Fafa 13/06/2008 09:14

Le grand-père en redemande ! et tout à coup je suis sa préférée lol !
Tout le monde s'est marré mais maintenant je fais gaffe en disant bonjour !

Blythe 13/06/2008 03:40

Ah oui c'est pas de la demi-boulette là, c'est du rab de boulette avec la sauce !
Bon je suis morte de rire, je verrai ça dans un film je me dirais que c'est trop gros, chapeau ;op